Avec „Regenmacher“ (en francais: „le faiseur de pluie“), le rappeur allemand Megaloh démarre encore une fois le Top Ten des albums allemands. „Regenmacher“ est inspiré par l’ouverture du privé dans le monde politique. D’ailleurs  c’est particulier ne écoutant „Wohin“. Du point de vue d’un fugitif, Megaloh raconte l’histoire d’un migrant et thématise les questions et problèmes concrets des migrants. Le fait que sa mère ait elle-même fuit la guerre du Biafra, joue certainement aussi un grand rôle.

„C’était important pour moi de dire ma position. Chacun a entre autre un point de vue sur ces questions. Mais le moins possible les traite avec sérieux et gravité. Je suis convaincuem que encore beaucoup de gens colportent que le pays est déjà plein pour avoir une place pour soi. Mais si ils savaient que leur portable ne pourrait pas fonctionner sans le minerais africains ou ce qui se passe avec les poules, lorsque la poitrine et la cuisse leur ont été réservées, ils penseraient autrement à propos de beaucoup de choses et ne parlerait pas aussi légèrement „migrant économique“.“

Ensuite Megaloh se rapporte musicalememt à sa patrie spirituelle : l’Afrique. Megaloh et les musiciens de Ghanian Stallion travaillent à partir de compilation du Ghana et du Nigéria. Là-dessous, l’accueil méconnu par Tony Allen, avec lequel Megaloh a déja travaillé par le passé.

„L’influence africaine était trés importante pour moi. La question d’identité a beaucoup imprégné mon enfance. Et lorsque je suis allé au Nigéria en 2012, j’ai à nouveau senti un fort attachement et percu une grande familiarité : odeurs, sons, ambiances, mais aussi sentiments et attitudes. Tout a brusquement éclo pour moi, bien que je ne sois resté que très peu de temps. C’est pourquoi je voulais faire de la place aux pensées de la diaspora dans l’album.“

Pensez à la vie dans la diapora en écoutant le nouveau single „Oyoyo“ surtout. En tant qu’invité, Megaloh a pris le Afrikapower – artistes Reggae Patrice et Musa de Sierra Leone, Pidgin anglais et rap allemand. Le Hook sera chanté par Chima Ede en Igbo.